Menu

All

Monthly popular

Weekly popular

Daily popular

INSPIRER & AGIR – DES HISTOIRES QUI DONNENT ESPOIR

Category archive

Energie renouvelable

Toyota Setsuna : La voiture électrique et en bois

dans Energie renouvelable par
toyota-setsuna int

Au Japon, tous les vingt ans et cela depuis 1300 ans, les adeptes de Shinto détruisent et reconstruisent tout en bois, sans un seul clou le Grand Sanctuaire d’Ise, dédié à la déesse du soleil Amaterasu. Toyota a décidé d’appliquer cette idée à une voiture. C’est ainsi que la Setsuna a vu le jour. Poursuivre…

Royaume-Uni : L’éolienne devance le charbon en 2016

dans Energie renouvelable par
ecosse-eolienne fr

En ce début d’année, le Royaume Uni se réveille avec plein d’espoirs pour les énergies renouvelables. Selon un rapport de Carbon Brief, les parcs éoliens à travers le pays de Sa Majesté ont généré plus d’énergies que les centrales à charbon en 2016. Poursuivre…

Energie verte : Des milliardaires lancent un fonds d’un milliard de dollars

dans Energie renouvelable par
bec1

Les énergies vertes seront-elles la vedette de 2017 ? Après Google qui carburera à 100% en énergie renouvelable en 2017 suivi de près par d’autres multinationales, un consortium d’éminents investisseurs, avec Bill Gates à sa tête, soutiennent un nouveau fonds de capital-risque d’un milliard de dollars américain qui investira dans la technologie des énergies propres. Poursuivre…

Google carburera à 100% en énergie renouvelable en 2017

dans Energie renouvelable par
google fr

Google est en train de cravacher fort afin d’être le premier géant de la technologie à atteindre un objectif 100% d’énergie renouvelable.  L’entreprise qui a investi dans l’énergie solaire et éolienne depuis une décennie, a l’intention d’y parvenir d’ici l’année prochaine. Poursuivre…

Électricité renouvelable : Une entreprise canadienne propose une hydrolienne domestique

dans Energie renouvelable par
idenergie fr

C’est un kit intelligent qui promet de transformer l’eau courante d’une rivière en quelque 12 kWh de puissance quotidienne pour vous et votre famille. L’idée est proposée par la compagnie canadienne Idénergie avec sa turbine fluviale portative.  Poursuivre…

France: L’eau du lac du Bourget servira pour le chauffage et pour la climatisation des bâtiments

dans Energie renouvelable par
Source: en.france-montagnes.com/

B’eeauLac (Bourget Environnement Energie Aménagement Urbanisme) est un projet qui a vu le jour dans le département de la Savoie en Auvergne-Rhône-Alpes en France. Reconnu comme une station balnéaire pour ses activités aquatiques et nautiques, le lac du Bourget –aussi connu comme le lac d’Aix – offrira maintenant une nouvelle perspective.

Au cours des quatre prochaines années, l’eau de ce lac sera également utilisée pour le chauffage et la climatisation des bâtiments publics et des entreprises privées de la région.

Lac du Bourget. Source: wikimedia.org
Lac du Bourget. Source: wikimedia.org

L’idée d’utiliser de l’eau douce pour la climatisation et le chauffage n’est pas nouvelle. Le refroidissement hydro-thermique, ou le refroidissement par les eaux de lac ou par l’eau de mer, ainsi que les systèmes de chauffage géothermique, ont déjà été adoptés dans des pays tel le Canada.

Une fois le projet B’eeau Lac achevé, il deviendra le pionnier en termes d’utilisation de l’énergie hydrothermale puisée de l’eau d’un lac en France

Pour le département de la Savoie, il s’agit d’une étape innovatrice qui permettra à la région de respecter les engagements écologiques. Le B’eeau Lac a été conçu suite à des recherches effectuées sur les possibilités d’exploitation des énergies renouvelables dans la région. Le projet a été inspiré d’un projet similaire déjà fonctionnel à Genève.

Le lac du Bourget s’étend sur une superficie de 44 kilomètres carrés tandis que sa profondeur moyenne est d’environ 85 mètres. C’est le plus grand lac naturel d’origine glaciaire en France. Diverses activités sportives ainsi que la pêche sont menées dans ces eaux.

Source: www.wavepattaya.com

Source: www.wavepattaya.com

Le projet sera exécuté par Métropole Savoie et Savoie Technolac. Il consiste à pomper les eaux du lac d’une profondeur de 35 mètres à une température stable de 6 degrés Celsius. Ce système permet la production de la réfrigération industrielle ainsi que le chauffage des bâtiments.

L’eau est ensuite retournée au lac du Bourget. Les avantages de ce système sont nombreux: il ne requiert pas de travaux nécessitant un emplacement quelconque, il n’émet pas de dioxyde de carbone et évite les risques sanitaires habituels associés aux systèmes de climatisation classiques. Il s’agit là d’un atout considérable pour l’aménagement du territoire et une incitation pour les entreprises souhaitant s’installer dans la région.

La demande pour la production et l’usage du froid s’accroît dans certains secteurs de la région, tels que la transformation des matières plastiques, la transformation des aliments, la production pharmaceutique ainsi que l’informatique.

Ce mode innovateur de chauffage et de refroidissement représentera certainement une réduction des dépenses pour les entreprises et les organismes publics.

Une autre raison pour laquelle les entreprises se montrent enthousiastes à utiliser le refroidissement et le chauffage hydro-thermiques, est le fait que ce système leur permet de libérer de l’espace précédemment occupé par les unités de refroidissement ou de chauffage. Ainsi, cet espace pourra être utilisé à d’autres fins.

L’énergie éolienne a le vent en poupe en Ecosse

dans Energie renouvelable par
ecosse-eolienne fr

Le gouvernement écossais a un ambitieux objectif pour les énergies renouvelables. Les études et les chiffres du mois dernier montrent qu’il est sur la bonne voie. L’Ecosse a assez d’énergie éolienne pour alimenter ses ménages entiers pendant plus d’un mois. C’est un grand pas vers l’évitement de millions de tonnes de CO2. Poursuivre…

France: Des éoliennes flottantes bientôt en Méditerranée

dans Energie renouvelable par
source: consostatic.com

C’est parti ! La France installera très bientôt des éoliennes flottantes en Méditerranée. Dans un communiqué du 3 novembre 2016, Ségolène Royal, ministre de l’Environnement, a déclaré que les services des entreprises EDF Energies Nouvelles (EN) et l’association Engie/EDPR/CDC ont été retenus pour la réalisation de ce projet.

source: france-energies-marines.org
source: france-energies-marines.org

Cet appel à projet s’inscrit dans le cadre des Investissements de l’avenir, visant à déployer des fermes pilotes d’éoliennes flottantes, réparties dans quatre endroits favorables en Méditerranée et en Bretagne. Les deux régions identifiées où ces fermes seront installées sont la zone de Faraman en Provence-Alpes-Côte d’Azur et au large de Leucate, dans le département de l’Aude. A Faraman, c’est le projet « Provence Grand Large » qui sera réalisé par EDF EN. Trois éoliennes flottantes seront fournies par la compagnie Siemens alors que les flotteurs le seront par SBM et l’Institut IFP EN.

A Leucate, c’est le projet « Les éoliennes flottantes du golfe du Lion » qui sera conçu. C’est le consortium Engie, la Caisse des dépôts et le portugais EDP Renewables qui assurera la mise en œuvre. Quatre éoliennes flottantes fournies par General Electric y verront le jour alors que les flotteurs semi-submersibles seront ceux d’Eiffage Métal. Les deux projets pourront produire une puissance unitaire de 5 mégawatts (MW) minimum.

En juillet dernier, deux autres sociétés – le consortium Eolmed et Quadran, ainsi que Eolfi et CGN Europe Energy- ont été retenues dans le cadre de ce même projet. Ces deux candidats exécuteront les travaux pour les fermes d’éoliennes flottantes dans la zone de Gruissan en Méditerranée ainsi que dans la zone de Groix en Bretagne. Ces éoliennes devront générer 6 à 12 MW.

La technologie « WindFloat », développée par Principle Power en Aix-en-Provence, sera adoptée pour les projets. Installé au large du Portugal il y a cinq ans, ce prototype a déjà fait ses preuves. De ce fait, l’éolienne prototype « WindFloat » passe au stade de la construction. Selon le holding l’ayant testé, le prototype a même dépassé les attentes :

WindFloat a su faire face à des vagues de plus de 17 mètres de hauteur et des vents dépassant 60 nœuds (110 km/h), tout en offrant 17 GWh d’électricité au réseau local

Au large de Leucate. Source: grandsgites.com
Au large de Leucate. Source: grandsgites.com

Contrairement aux éoliennes traditionnelles installées en mer, ces éoliennes flottantes dites « offshore » peuvent être développées dans des eaux plus profondes que d’habitude. L’éolienne innovatrice maritime ne s’érige plus d’une fondation fixée mais d’une fondation flottante, stabilisée par des câbles cloués au fond marin.

L’installation des éoliennes flottantes se fait aussi beaucoup plus facilement. Elles peuvent être assemblées directement dans des zones portuaires, limitant ainsi des travaux en mer qui s’avèrent très coûteux. Idem pour la maintenance et le démantèlement.

Loin des côtes, les éoliennes auront également un impact moins visuel contrairement à leurs compères conventionnels qui sont souvent critiqués comme étant des monstruosités visuelles. Un autre avantage est que ces éoliennes installées en haute mer – allant même jusqu’à une profondeur de 200 mètres – pourront capter des vents encore plus puissants pour produire encore plus d’électricité verte.

Football: Quand les terrains s’illuminent grâce à l’énergie des joueurs

dans Energie renouvelable par
Source: 37.188.110.186

La conscience écologique s’infiltre dans le football. Lors d’un match de foot, un attaquant peut courir entre 10 à 11 kilomètres alors qu’un défenseur peut parcourir entre 10 à 12.5 kilomètres. Plusieurs pays, tels le Brésil et le Niger, en profitent pour utiliser l’énergie des joueurs afin d’éclairer les terrains de foot de manière écologique.

Credit: Telegraph
Credit: Telegraph

Le premier pays à avoir adopté cette technique innovante est le Brésil. Il y a deux ans, Mineira, une favela de Rio de Janeiro, s’est équipée d’un terrain de foot unique en son genre. Doté d’une pelouse artificielle créée par la start-up britannique Pavegen, le terrain permet de convertir l’énergie générée par les déplacements des joueurs en électricité. Subséquemment, cette électricité sert à éclairer le terrain de foot une fois la nuit tombée. L’inauguration de ce terrain de foot révolutionnaire a même valu la présence du roi du foot Pelé.

La  compagnie Pavegen, qui se qualifie comme un des pionniers de la technologie propre, a conçu cette pelouse artificielle avec environ 200 plaquettes. Ces dernières sont faites de 80% de matériaux recyclés, notamment des vieux pneus en caoutchouc provenant des camions. L’énergie cinétique obtenue par les mouvements des joueurs se transforme ensuite en électricité. Cette énergie permet ensuite d’alimenter jusqu’à six projecteurs autour du terrain de foot.

En 2015, c’est à Lagos au Niger que le groupe pétrolier Shell a inauguré le premier terrain de foot de l’Afrique dont l’éclairage est produit de la même manière que celui du stade à Rio de Janeiro. Dans cette ville, qui est la plus peuplée de l’Afrique, de nombreuses infrastructures publiques sont délaissées. Ce projet a été lancé dans le cadre du programme #makethefuture de Shell dans le but d’innover en matière d’énergie tout en approvisionnant différentes communautés dans le besoin. La compagnie pétrolière s’est associée avec Pavegen pour réaliser ce projet.

Concernant le terrain de foot à Lagos, il a fallu placer 90 dalles électroniques sous la pelouse. Ces dalles permettent de convertir l’énergie cinétique des joueurs en mouvement, en électricité. Cette dernière peut être utilisée aussitôt ou stockée dans des batteries pour des usages ultérieurs.

Chaque appui sur une dalle génère entre 4 à 7 watts d’électricité

A Lagos, ce système permet d’alimenter six projecteurs LED dans le stade. Pour devenir encore plus écologique, ce stade s’est également doté de panneaux solaires pour produire de l’électricité qui est utilisée à d’autres fins dans les locaux.

Credit: posibl.com
Credit: posibl.com

Pavegen, quant à elle, vise plus loin. Aujourd’hui, seulement 25% du continent africain a directement accès à de l’électricité. Ce système basé sur l’énergie piézoélectrique, peut éventuellement fournir de l’électricité dans des endroits qui n’en ont guère accès. Déjà, plusieurs villes ont adopté l’installation de Pavegen. On peut les trouver dans des discothèques ou encore sur le sol au Terminal 3 de l’aéroport d’Heathrow.

Les Jeux Olympiques de Londres ainsi que le marathon de Paris en 2013 ont permis de tester cette technologie ingénieuse. Afin de la rendre plus accessible, Pavegen continue ses recherches pour faire baisser le coût.

La France devient le premier pays au monde à construire une route photovoltaïque

dans Energie renouvelable par
Credit: © Joachim Bertrand / COLAS

C’est la route du futur. Photovoltaïque et intelligente, elle peut capter l’énergie solaire et produire de l’électricité de manière directe. Elle peut également transmettre des informations sur l’état du trafic routier et sur la route elle-même. Et c’est la France qui devient le pionnier mondial en lançant le tout premier chantier pour la construction de cette route à Orne, département de la Normandie.

 Credit: Joachim Bertrand/ Colas
Credit: Joachim Bertrand/ Colas

Les travaux ont débuté le 25 octobre 2016 et le premier tronçon qui s’étendra sur un kilomètre, devrait être achevé en décembre prochain. La somme de 5 millions d’euros a été débloquée à cet effet. D’ici cinq ans, le gouvernement français envisage de revêtir diverses routes mesurant 1 000 kilomètres au total avec des panneaux solaires, ce qui permettra de fournir de l’électricité à 5 millions de Français, soit à 8% de la population française.

Ce projet, totalement Made in France, se réalise grâce aux recherches assidues menées durant cinq années par l’Institut national de l’énergie solaire (INES) et la compagnie Colas-filiale de Bouygues. Des essais ont été menés à Chambéry et à Grenoble avec un flot continu d’un million de véhicules pour tester le bon fonctionnement et la durabilité de ces panneaux. Selon Colas, pas une seule plaque ne s’est déplacée ou ne s’est endommagée. Lors de l’inauguration du chantier, Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, s’est exprimée avec grande fierté et beaucoup d’enthousiasme :

C’est une utopie devenue réalité

Le projet des routes solaires repose sur la technologie WattWay développée par Colas, un des leaders mondiaux des infrastructures de transport. Les panneaux, eux, ont été produits dans une compagnie ornaise. Ce premier tronçon qui fera 2 mètres de large devrait générer 17 963 kilowatt heure (kWh) d’énergie quotidiennement pouvant alimenter toute une ville de 5 000 habitants en éclairage public. WattWay affirme que 20 mètres carrés de panneaux permettent de facilement alimenter tout un foyer en énergie verte.

Credit: ecowatch
Credit: ecowatch

Cette technologie innovatrice est simple et ne requiert pas de lourds travaux. Il suffit de recouvrir des routes existantes avec ces panneaux solaires, qui sont en effet des dalles, sans avoir à effectuer de travaux de génie civil supplémentaires. Ils ont été crées de sorte à ce que les véhicules, y compris des camions, puissent circuler sans les endommager.

Les dalles comprennent des cellules photovoltaïques minutieusement enveloppées sous plusieurs couches pour la rendre incomparablement robuste. Des fines feuilles de silicium polycristallin permettent de capter l’énergie solaire qui sera ensuite transformée en électricité. Selon la compagnie Colas, ces dalles peuvent durer jusqu’à 20 ans et sont adaptables à toutes sortes de routes à travers le monde.

La route photovoltaïque générera ainsi de l’énergie propre et renouvelable à long terme. L’idée de transformer les routes existantes de cette manière est ingénieuse puisque, selon des études, les voies sont occupées par des véhicules uniquement pendant 10% du temps. Elles font constamment face au ciel et au soleil.

En concevant cette dalle photovoltaïque, Colas a également jugé primordial de ne pas créer un produit qui nécessitera la destruction des infrastructures existantes.  La politique est de reconstruire sans détruire.

Cette route photovoltaïque est non seulement verte mais aussi intelligente. Dès qu’elle produira de l’électricité, elle enverra des données concernant l’état du trafic et de la route elle-même grâce à un réseau massif de capteurs intégrés. L’entreprise songe déjà à mettre sur pied un système d’induction permettant à ces routes de recharger des véhicules électriques.

1 2 3 5
Aller en Haut